Accueil >> Infos Techniques >> Les Régles d'Or pour bien réaliser un présentoir

Les Régles d'Or pour bien réaliser un présentoir

Charte Méthodologique pour la gestion de la production de Présentoirs

1 - PREAMBULE

Dans le cadre de la recherche d’améliorations des relations avec ses clients, CONSTANTIN vous propose la mise en place d’une Charte Méthodologique permettant d’améliorer la production et la qualité des présentoirs.

Le présent document est un guide servant à la mise en place d’organisations spécifiques de telle sorte que la réalisation des projets se déroule dans de bonnes conditions, avec des résultats satisfaisants et en minimisant les risques éventuels.

2 – PRESENTATION ET OBJECTIFS

Ce « manuel », réalisé de manière collective par les équipes CONSTANTIN, essaie d’être le plus simple et le plus concis possible, tout en étant suffisamment complet pour être un véritable référentiel prenant en compte le maximum de situations différentes.

Ce manuel doit être évolutif avec des mises à jour régulières, pour rester le document référence des procédures fonctionnelles et des spécificités techniques qui définissent le cadre des besoins des clients en matière de PLV et de présentoirs.

Ce manuel est également mis en ligne sur les extranets dédiés clients, avec des informations techniques complémentaires, tels que les tracés de placement standards, les schémas techniques, les documentations des matériaux, les images 3D, la base de données photos, la capitalisation des informations,...etc

3 – CHOIX D’ORGANISATION

Pour mener à bien les réalisations des PLV et des présentoirs, nous vous proposons de travailler avec une organisation de type « MODE PROJET », en pleine collaboration entre les équipes du « donneur d’ordres » [CLIENT] et les « équipes du producteur » [CONSTANTIN].

[note : le terme PROJET qui est utilisé dans tout ce document, désigne l’ensemble des actions mises en œuvrepour réaliser une PLV ou un présentoir, de la phase « appel d’offres » à la phase terminale « livraison ».]
Chaque projet se caractérise par :

  1. Des objectifs précis, spécifiés sous forme de caractéristiques formalisant le besoin. [le brief]
  2. Une limite dans le temps, avec un début et une fin marquée par l'atteinte de l'objectif. [la MAD]
  3. Une singularité car un projet n'est jamais la reproduction à l'identique d’un autre projet.
  4. Une organisation de personnes en relation, pour réaliser l'ensemble des actions nécessaires à l'atteinte des objectifs.

4 – L’ORGANISATION HUMAINE

Afin de bien manager les informations relatives à chaque projet, le « facilitateur » des échanges est le Responsable de Projet désigné chez CONSTANTIN, et affecté de façon permanente à tous les projets d’un même client.

Ce Responsable de Projet CONSTANTIN est en relation permanente avec le « responsable de projet désigné » chez le client, et qui peut être différent en fonction du projet à réaliser.

Le Responsable de Projet CONSTANTIN est en contact avec tous les « acteurs métier » de l’entreprise : pré-presse, impression, bureau d’études, façonnages, opérations de finition, supply chain.

Les hiérarchies respectives ne seront pas directement engagées dans la mise en œuvre et le suivi des projets, mais devront être régulièrement informées pour prendre les décisions qui s'imposent éventuellement, tout au long du déroulement des projets.

5 – LA GESTION DES PROJETS

L’organisation méthodologique décrite dans ce manuel, devra être mise en œuvre à travers des notes de services et/ou des procédures spécifiques dans les entités respectives.

Respecter cette méthodologie, c’est se garantir que les projets réalisés par CONSTANTIN, répondent aux attentes des clients et qu’ils soient livrés dans des conditions optimales de coût, de qualité et de délai.

Pour ce faire, la gestion en mode projet a pour principal objectif, d'assurer la coordination des acteurs et des tâches dans un souci d'efficacité et de rentabilité.

C'est la raison pour laquelle, le « Responsable de Projet » désigné chez le client doit être en relation permanente avec le Responsable de Projet de chez CONSTANTIN, et que l’un comme l’autre soit joignable facilement pour éviter toute perte de temps, par mail, par téléphone ou par visio.

Pour les échanges par mails, il est important de veiller à bien isoler les projets les uns des autres par des mails séparés, en notant bien dans l’objet du mail, le nom du projet dont il est question.

Pour les échanges téléphoniques, ils seront confirmés systématiquement par mail, par l’appelant à l’appelé, charge à ce dernier de le diffuser s’il le juge nécessaire, dans sa propre organisation.

6 – LES DIFFERENTES PHASES D’UN PROJET

Les projets suivent différentes étapes avec des points de contrôle permanents et certaines font l'objet de validation obligatoire par le responsable de projet client afin de contrôler et maîtriser la conformité totale de la PLV ou du présentoir et de s’assurer ainsi du respect des objectifs fixés.

Ces étapes de validation permettent de déceler les non conformités éventuelles au plus tôt et de s'adapter aux nouvelles contraintes dues aux aléas non prévus initialement.

Lors du lancement du projet, il existe encore certaines incertitudes, dans la mesure où toutes les caractéristiques techniques ne sont pas forcément totalement arrêtées.

Chaque projet est découpé en 3 phases principales, et chacune d’elles comporte une ou plusieurs étapes, toutes nécessaires, pour transférer le projet d’une phase à la phase suivante :

  • La phase préparatoire : c’est l’étude du projet dans son ensemble pour s'assurer que sa mise en œuvre est réalisable selon les conditions souhaitées par le client. Cette phase doit se conclure par la mise au point d’un document formalisant le projet et indiquant les conditions organisationnelles et technique du projet.
    C'est en aidant le responsable de projet client à exprimer ses besoins réels et à affiner ses objectifs, en le questionnant et en le faisant réagir sur des propositions que le responsable de projet CONSTANTIN sera à même de mieux gérer le projet par la suite.
  • La phase de réalisation : c’est la phase opérationnelle de production du projet, qui est menée par le responsable de projet CONSTANTIN en relation permanente avec le responsable de projet client. Cette phase commence par la validation du cahier des charges spécifiques du projet issu de la phase préparatoire, et se termine par la livraison et l’acceptation du « justif ».
  • La phase de fin de projet : il s'agit de l’acceptation définitive du projet par le client, en s’assurant qu’il est conforme aux attentes initiales.

6.1 - La phase préparatoire

Cette phase est pilotée par le responsable de projet client et son service achats, en relation avec les différents acteurs métiers sélectionnés externes et/ou internes à son organisation, et le responsable de projet de CONSTANTIN.

 Cette phase a pour objectif de définir avec précision ce que sera le projet, afin d'aboutir à la mise au point de documents contractuels permettant d'engager le client et CONSTANTIN dans sa réalisation.
 Cette phase formalise donc la décision de commencer le projet et les conditions de son exécution.

 Elle comprend les 4 étapes suivantes :

  • Etape 1 = Le brief [de J à J+2]
    • réception d’un brief provenant du Service Achats de client.
    • rendez-vous téléphonique ou visio entre le responsable de projet client et le responsable de projet CONSTANTIN, pour présentation du projet et discussion (brief, maquette, vue 3D, cahier des charges logistiques,...etc),
    • analyse succincte de faisabilité technique par CONSTANTIN, avec définition précise des éléments imposés par le client et des alternatives possibles.
       
  • Etape 2 = La validation et le devis [de J+2 à J+5]
    • debrief interne chez CONSTANTIN vers le Service devis [étude du prix] et le Bureau d‘Etudes *ouverture du dossier proto+ et échanges avec les experts métiers pour éclaircir,  valider ou proposer *matériaux, solidité, impression,...etc+,
    • remise du devis par CONSTANTIN au client, 
    • définition d’un rétro-planning provisoire,
    • remise des échantillons produits par le client à CONSTANTIN, si nécessaire.
    • réception de la confirmation de commande.  
  • Etape 3 = Les prototypes si nouveau produit uniquement [de J+5 à J+10]
    • réalisation du prototype conforme au devis, expédition du prototype et prise de rendez-vous pour debrief avec le Responsable de Projet Client,
    • 4 possibilités : validation sans réserve, validation avec réserve sans nouveau prototype, validation avec réserve et nouveau prototype partiel, ou modifications importantes nécessitant un nouveau prototype. Dans ce dernier cas, si les modifications sont des corrections dite   «  corrections d’auteur », le nouveau prototype pourra faire l’objet d’une facturation.
    • mise à jour éventuelle du devis après le debrief du prototype,
    • validation générale du projet par acceptation du devis et du prototype définitif, mise à jour du rétro-planning,
    • réception de la confirmation de commande.

La fin de la phase préparatoire est la confirmation de commande assortie des objectifs sur lesquels « donneur d’ordre » et « fournisseur » se sont mis d’accord, et notamment le budget et le délai.
La durée totale de la phase préparatoire est fonction de l’importance et de la complexité du projet, généralement comprise entre 1 et 3 semaines. Pour une campagne standard sur un réseau de distribution connu, une semaine serait le délai-cible.

6.2 - La phase de production

Cette phase est pilotée par le responsable de projet CONSTANTIN en relation avec les différents acteurs métiers, qui tient informé en permanence le responsable de projet client de l’avancée des différentes étapes de production.

  • Etape 4 = Le lancement [de J+6 à J+9]
    • ouverture des dossiers de production,
    • création des documents de fabrication avec saisie de toutes les données d’intention du client[devis, DED, MAD, brief studio, encours financier, fiches de fab, ...etc+,
    • validation du rétro-planning par CONSTANTIN et le service achat du client,
    • envoi des tracés de placement et des spécificités d’impression par CONSTANTIN au client, si nécessaire.
  • Etape 5 = La pré-production [J+10 à J+16]
    • réception des fichiers images et des intentions créatives par CONSTANTIN en provenance du client,
    • contrôle des fichiers, mise en page, intégration dans les tracés définitifs et mise en ligne pour validation du BAT de placement par le client [via site EPNS],
    • réalisation d’une épreuve certifié ISO 12647 pour contrôle de la chromie et envoi éventuel chez le client accompagnée de touches couleurs et/ou d’échantillons matière,
    • arrêt d’une date pour le BAT machine si ce type de validation s’avère nécessaire ou si elle est souhaitée par le client,
    • mise à jour du rétro-planning.
  • Etape 6 = La production [J+16 à J+30]
    • échanges réguliers entre le Responsable de projet CONSTANTIN et les experts métiers de l’entreprise pour superviser le déroulement de la production et contrôler avec le rétro-planning,
    • envoi des feuilles brutes d’impression réalisées dans le déroulement normal de la production,
    • contrôle des éléments logistiques [tests transport, validation étiquettes colis, lieux de livraison,...etc+,
    • calage des dernières dates de MAD

6.3 - La phase de fin de projet

Cette phase est pilotée par le responsable de projet CONSTANTIN en collaboration avec le responsable de projet client, et avec les responsables Supply Chain respectifs.

  • Etape 7 = La recette et la qualification [J+30 à J+ 35]
    • livraison des premiers de série réalisés dans le déroulement normal de la production,
    • livraison de la production totale selon les directives spécifiques de la commande et des dispositions générales du Cahier des Charges Logistique.
  • Etape 8 = La capitalisation
    • bilan général entre les responsables de projet client et CONSTANTIN, par visio-conférence ou entretien F to F,
    • " mise en mémoire " de ces informations, des photos et des différents rapports dans l’extranet IxDoo.

7 – LES ANNEXES

7.1 - Le contenu d’un brief

Un brief doit contenir au minimum les informations suivantes :

  1. La création (3D, intentions créatives, dessins, infos, photos des produits,...etc),
  2. Un descriptif succinct des objectifs à atteindre en termes de qualité, d’aspect, de durabilité et de solidité,
  3. Les plans techniques d’intention en cas de nouveau produit (distance, dimensions internes du présentoir, inclinaison, dimensions extérieures,...etc)
  4. Les plans de remplissage (spectrage, profondeur et type des empreintes),
  5. Les dimensions hors tout du présentoir, de l’emballage, des palettes, avec les tolérances possibles,
  6. Les quantités prévisibles,
  7. La date de MAD souhaitée,
  8. Les impératifs logistiques particuliers,
  9. Le budget « cible »,
  10. Toute information susceptible d’être indispensable à l’étude de faisabilité et au devis.

7.2 - Le rétro-planning standard

Les durées varient en fonction de l’importance et de la complexité du projet, et du planning en cours de CONSTANTIN.

ETAPES durées MINI moyennes durées MAXI moyennes
Etape 1 Le Brief 1 jour 3 jours
Etape 2 La valdiation et le devis 3 jours 4 jours
Etape 3 Le prototype ( si nécessaire) - 9 jours
Etape 4 Le lancement 1 jour 3 jours
Etape 5 La pré-production 2 jours 5 jours
Etape 6 La production 10 jours (*) 15 jours (*)
Etape 7 La recette et la qualification 2 jours 3 jours
Etape 8 La capitalisation 1 jours 2 jours
Total des durées théoriques 20 jours 44 jours
Bornes du rétro-planning 4 semaines 9 semaines

7.3  – Les principaux points de validation obligatoires

ETAPES VALIDATION CLIENT CONSTANTIN
Etape 2 La validation et le devis Rédaction détaillée du devis et relecture
Lecture détaillée du devis
OUI OUI
Etape 3 Le prototype Examen général du prototype, analyse de la solidité, vérification des dimensions OUI  
Etape 4 Le lancement Vérification des tracés de découpe OUI OUI
Etape 5 La pré-production Contrôle des fichiers images reçus
Validation du BAT
Contrôle de l’épreuve chromatique
Contrôle des touches couleurs
Contrôle des échantillons matière
BAT sur machine
OUI
OUI
OUI
OUI
facultatif

OUI

OUI

Etape 6 La production Contrôle des éléments logistique
Contrôle des éléments d’impression
OUI OUI
Etape 7 La recette et la qualification Contrôle des 1 de série
Contrôle de la production
OUI OUI
OUI

7.4 – Méthodologie simplifiée des contrôles Qualité

Lors des contrôles qualité, qu’ils soient effectués par les responsables de projet client ou CONSTANTIN, ou même par des experts métiers internes ou externes à nos organisations respectives, il est important de respecter les méthodes et les conditions normalement adaptées à ces contrôles.

NATURE DU CONTROLE OBJECTIF DU CONTROLE METHODE
 
  
  
 
 
 
Aspect général et dimensions
du prototype
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Solidité du prototype 
 
 
 
 
 
 
 
Contrôle des empreintes du
prototype
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Autres contrôles du prototype
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
le prototype doit répondre
en tous points aux attentes
explicites et implicites

Regarder attentivement le prototype et détecter visuellement d’éventuels défauts : décollement, déchirure, enfoncement, verticalité du fond et des bords, horizontalité des étagères et du fronton.

Prendre un mètre et mesurer les dimensions hors tout du prototype [largeur, hauteur, profondeur], et comparer les mesures relevées avec les mesures souhaitées.

Mesurer les distances entre les étagères et les différents éléments entre eux, et comparer les mesures relevées avec les mesures souhaitées.

Vérifier la solidité de la liaison du fond et du socle, de la fixation du fronton et des principaux éléments du présentoir.

En appuyant doucement sur le devant de chaque étagère, contrôler que leur fixation avec le corps du présentoir est suffisante pour supporter le poids des produits.

A l’aide des produits devant aller sur le présentoir, vérifier les dimensions de chaque empreinte : largeur et profondeur.

Vérifier l’emplacement des empreintes des produits et des placements des testeurs.

Vérifier que les matériaux utilisés sont bien ceux qui sont prévus au devis : aspect, épaisseur, finition.

Vérifier les placements et les inclinaisons des étagères et des porte-testeurs.

Vérifier les placements et les dimensions des éléments annexes rapportés sur la structure principale.

Placer le fronton sur le présentoir, l’enlever et le replacer. Répéter plusieurs fois l’opération en se plaçant devant et derrière le présentoir, et vérifier ainsi que la manœuvre ne présente pas de difficulté particulière.

 Tracés de placement
   
 
 
 BAT en ligne (système EPNS)
 
 
 
 
 la mise en page, les
placements, les textes et les
formes doivent être
conformes à la création
Contrôler les dimensions et les spécificités
d’impression.
Contrôler l’exactitude des textes, les mises en page,
les formes et les placements.
Valider avec ou sans modification en suivant la
procédure spécifique EPNS.
 
 
 
 
Touche couleur
 
 
 
 les tons directs et les finitions
particulières doivent
correspondre à ceux
souhaités
La touche couleur est l’impression d’un échantillon
de matière avec une couleur unie, d’un ton direct
*référence Pantone+ ou d’un contretype d’un
échantillon fourni.
Les finitions particulières telles que les vernis irisés,
pailletés ou nacrés, peuvent être vérifiées de cette
manière.
Vérifier que la touche couleur correspond bien au
résultat souhaité.
 
 
  
 
 
 Epreuve GMG
 
 
 
  
 
 
 
 
 
  
  
  
 
 
 
 
 
 BAT sur machine
 
 
 
 
 
 
 
  
  
  
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 les couleurs des visuels
doivent correspondre à celles
souhaitées

Les visuels imprimés sont contrôlés sur une épreuve
dite épreuve de contrôle, de type GMG,
certifiée ISO 12647.

Epreuve GMG
En observant l’épreuve, vérifier que l’équilibre
chromatique général est correctement respecté et
qu’il n’y a aucune anomalie.

Lors de l’impression des visuels sur la machine, il est
nécessaire de vérifier que le résultat imprimé
correspond bien à l’épreuve de contrôle.
Il est possible de procéder alors à des petits
ajustements de chromie par des réglages d’intensité
de l’encrage de chacune des couleurs primaires.

En cas de changement important d’équilibre
chromatique, une reprise de photogravure peut
s’avérer nécessaire, ce qui entraîne un arrêt
immédiat de la production.

L’acceptation du Bon à Tirer Machine se fait par la
signature d’une des feuilles de tirage, qui sera
conservée par CONSTANTIN.

La comparaison de la feuille d’impression et de
l’épreuve de contrôle ne peut se faire que sous une
lumière artificielle normalisée et contrôlée, de type
lumière du jour.

Nous attirons votre attention sur les effets de l’éclairage pour la validation des épreuves de contrôle et des feuilles de BAT machine.

Pour comparer la concordance entre une épreuve couleur et une impression sur le support définitif, il est impératif de se placer dans un environnement lumineux neutre, « sans pollution lumineuse », au mieux dans un espace colorimétrique contrôlé comme une « boîte à lumière ». [espace lumière 5 000° K]

Les espaces éclairées par des néons standards d’éclairage ou d’autres sources lumineuses non lumière du jour, près d’une fenêtre, en plein soleil, ou dans une pièce avec des murs très colorés,...etc sont des endroits qui perturbent la perception des couleurs et la comparaison entre deux documents.

7.5 – Les techniques d’impression

Les principales techniques d’impression pour des présentoirs sont :

Offset du format 50 x 35 cm au format 150 x 250 cm,
impression de qualité avec des trames fines (170 petit et moyen format, 120 en grand format),
quantité de feuilles gâchées élevée, environ 500 feuilles par tirage,
coûts fixes élevés, surtout pour les formats au-dessus de 72 X 102 cm.
Sérigraphie du format 50 x 35 cm au format 160 x 210 cm,
impression de qualité surtout pour les aplats, les tons directs et les encres opaques,
grande puissance de teinte et variété des aspects,
 gamme de vernis de finition très importante,
 qualité moyenne pour les tramés (trame 72),
 coûts fixes bas et moyens, peu de feuilles de gâche.
Digital du format 50 x 35 cm au format 160 x 260 cm,
impression de grande qualité avec des définitions d’impression de 360 à 1400 dpi
coûts fixes très faibles,
feuilles de gâche d’impression quasiment nulle,
stabilité de la chromie sur toutes les feuilles de tirages,
possibilité d’imprimer sur tout type de matériau.

Pour obtenir un résultat optimum et de grande qualité, il est fréquent d’avoir recours à la combinaison de 2 modes d’impression.

Après l’impression des visuels, nous conseillons des finitions vernies non seulement pour l’aspect final, mais aussi pour la protection contre les frottements, les oxydations dues aux mains, les produits et les projections.

Il existe une très grande variété de vernis UV :

  • Brillant, mat, satiné, aspect givré, aspect goutte d’eau, avec des grains,
  • Irisé, pailleté, nacré,
  • Avec teinture haute pigmentation [pour teinture du pelliculage argent],
  • Touché velours, collant, anti-dérapant.

Une finition avec un pelliculage n’est pas toujours opportune car les couleurs sont « descendues » et le coefficient de recyclabilité diminue fortement. D’autre part, le pelliculage est fortement déconseillée sur une impression en sérigraphie ou en digital.

7.6 – Les matériaux les plus courants

Les matériaux couramment utilisés pour un présentoir sont :

Le carton compact intérieur gris de 0.30 à 4 mm d’épaisseur,
impression directe en offset jusqu’à 1 mm, contre-collage au-delà,impression directe en sérigraphie et digital sur toutes les épaisseurs.
Le carton compact intérieur bois de 0.70 à 4 mm d’épaisseur,
de moins en moins utilisé en PLV, sauf si la tranche du carton est visible et doit être blanche [blanc légèrement jaune].
Le carton ondulé intérieur kraft ou blanc, 1 ou 2 faces blanches ou kraft,
à utiliser pour les zones non imprimées, les parties non visibles ou en contre-collage avec papier d’au moins 170 gr.
Le pelliculage métallisé les cartons compacts peuvent se pelliculer avec des pellicules polyester d’aspect argent miroir ou mat, or brillant, irisé,...
toutes les dimensions ne sont pas réalisables dans toutes les finitions.
Le PET matière plastique hautement transparente, de 0.70 à 3 mm d’épaisseur s’imprime difficilement en offset jusqu’à 1 mm, s’imprime facilement en sérigraphie et digital dans toutes les épaisseurs,  se découpe et se thermoplie facilement.
Le PMMA matière plastique transparente ou opaque, de 1 à 8 mm, s’imprime facilement en sérigraphie et digital, se découpe et se thermoplie facilement.
Le MDF panneaux de particules de bois collées et compressées, de 5 à 25 mm d’épaisseur, utilisés essentiellement pour la construction des ossatures des présentoirs.

7.7 – Le lexique

Nombre de projets se déroulent dans des conditions difficiles à cause d'une mauvaise communication ou d'un manque de vocabulaire adapté.

   
SPECTRAGE plan qui fixe la répartition des produits dans un présentoir ou dans un box, avec les consignes de positionnement.
PLAN DE REMPLISSAGE synonyme de spectrage.
PLAGE DE COMMUNICATION élément d’un présentoir, rapporté sur la structure de fond et/ou sur le devant d’une étagère, généralement de forme rectangulaire, et sur lequel sont imprimées des informations relatives aux produits se situant à  proximité.
TOUCHE COULEUR contretype d’une couleur modèle ou d’un ton direct référencé, par une impression test sur un matériau précis, de dimension maximale A4, en vue de valider une production ultérieure.
COULEUR PANTONE couleur définie par une référence prise dans le nuancier international Pantone [PMS = Pantone Matching System]. Pour l’imprimerie courante, la référence est un numéro de 3 ou 4 chiffres suivis de la lettre U ou C correspondant à la reproduction de la couleur soit sur un papier non-couché [U = uncoated], soit sur un papier couché [C = coated]. Il existe plusieurs gammes de nuanciers Pantone, par exemple pour les couleurs métallisées ou pastels.
BENDAY aplat de couleur visuellement monochrome et imprimé en décomposition CMJN (cyan, magenta, jaune, noir).
BAT MACHINE bon à tirer permettant de vérifier au cours du calage de la machine d’impression, que le résultat imprimé est conforme à l’épreuve de contrôle.
EPREUVE COULEUR FOGRA document papier sur lequel est reproduite l’image qui sera imprimée, et dont la certification chromatique suit les normes FOGRA. Cette épreuve est généralement imprimée en jet d’encre digital.

Procédure simplifiée de réalisation et de validation des prototypes

Le prototype [non imprimé et sans finition d’aspect+ doit servir à valider les points techniques suivants :

  • Les dimensions hors tout [hauteur, largeur, profondeur],
  • Les dimensions des autres éléments [étagères, fronton, plages de communication, colonne, ...etc],
  • Les distances, les tailles et les profondeurs des cuvettes et des empreintes,
  • Les différentes inclinaisons, galbes, volumes,...etc
  • La solidité générale et la rigidité des éléments entre eux,
  • La solidité des étagères avec leur chargement complet,
  • Le nombre d’empreintes,
  • La conformité générale du présentoir par rapport aux attentes client sauf les aspects, les visuels et les chromies.

La réalisation et la validation d’un prototype suivent les étapes suivantes :

  1. Faire une demande explicite de prototype en communiquant toutes les informations issues du brief écrit et des données d’intention récoltées pendant l’entretien avec le client.
  2. Fournir les échantillons des produits contenus dans le présentoir dans le cas de développement d’empreintes ou de cales spécifiques, ainsi que le poids et la quantité de chaque produit.
  3. Un retour mail doit être fait au client par le responsable de projet CONSTANTIN, dans les 24 heures suivant la réception des échantillons produits et tous les éléments nécessaires à la réalisation du prototype, afin de confirmer que rien ne fait défaut pour la réalisation du prototype.
  4. Les délais moyens (en jours ouvrés) de réalisation d’un proto sont variables et adaptables en fonction de la charge du Bureau d’Etudes :
    • présentoir de comptoir : 2 à 4 jours
    • présentoir de sol ou vitrine : 6 à 10 jours selon la complexité
  5. Pour des prototypes ou maquettes en blanc nécessitant une argumentation technique de présentation, le responsable de projet CONSTANTIN doit présenter lui-même le prototype.
  6. Avant la sortie du prototype du Bureau d’Etudes, 3 photos sous au minimum 2 angles, voire plus en cas de détails techniquement importants, seront faites et envoyées par mail au responsable de projet :

    • 1 vue de face,
    • 1 vue de dos,
    • 2 vues de côté [droite et gauche],
    • plusieurs vues des éléments et des détails les plus importants.

    Une étiquette sera collée sur le prototype mentionnant les informations suivantes :

    • les coordonnées de la société CONSTANTIN [adresse + téléphone + mail du BE]
    • le nom du technicien ayant exécuté le prototype,
    • le nom commercial ou la référence donnée par la client,
    • le numéro de la version du prototype [numéro à 1 chiffre],
    • la référence du dossier et le n° de la version du prototype [par ex : 54367/1].
  7. Le prototype sera expédié dans un emballage provisoire sauf si un prototype d’emballage est demandé, soit par transport express traditionnel soit par coursier spécial.
  8. S’il y a un problème de délai, le technicien BE doit immédiatement avertir le responsable de projet CONSTANTIN dès qu’il a connaissance du retard possible, en lui communiquant le nouveau délai de réalisation.
  9. Dans les 48 heures qui suivent la réception du prototype, les responsables de projet du client et CONSTANTIN doivent se rencontrer pour analyser le prototype et établir en commun, un rapport précis comportant les points d’amélioration, les réserves et/ou les mises en garde sur des points particuliers.
  10. Ce rapport sera rédigé (si nécessaire) par le responsable de projet CONSTANTIN et diffusé par mail :
    • au service achats client,
    • au responsable projet client,
    • au deviseur CONSTANTIN,
    • au technicien BE CONSTANTIN qui a réalisé le prototype.
  11. Si le prototype est accepté sans réserve, le responsable de projet client confirme sa validation par mail avec un « bon pour accord de fabrication » en précisant la référence du dossier et le n° de la version du prototype inscrits sur l’étiquette collée sur le prototype.

  La production ne pourra être mise en route qu’après acceptation sans réserve du prototype, ou avec une levée écrite des réserves suite à la communication d’assurances suffisantes comme la fourniture d’un nouveau prototype partiel.

Charte Méthodologique pour la gestion de la production de Présentoirs

ecopop logo
minibook logo
zprinting logo
tagcode logo