Accueil >> Infos Techniques >> Les matériaux M1

Les matériaux M1

Brève et rapide étude sur les réglementations concernant le classement au feu des matériaux et des produits constituants ou présents dans les établissements recevant le public, appliquées à la PLV.

La nomenclature de la classification française des matériaux (M, F, I, C) est progressivement délaissée au profit de la nomenclature européenne (A1, A2, B , C, D, E).

L’important aujourd’hui est de savoir, quelle que soit la classification des matériaux, quels sont les textes légaux qui s’appliquent à la PLV dans les points de vente.

1/ le texte réglementaire de base est l’arrêté du 25 juin 1980, qui s’appelle « Règlement de sécurité contre les risques d’incendie et de panique dans les établissements recevant le public ».

2/ certains articles de cet arrêté sont abrogés et changés par des nouvelles dispositions, mais cela ne concerne pas la partie qui nous intéresse.

3/ cet arrêté est composé de plusieurs Livres, chaque livre ayant plusieurs chapitres. Dans le Livre II, nous avons entre autres, la réglementation concernant les aménagements intérieurs, la décoration et le mobilier.
Il s’agit du Chapitre III, avec les articles AM1 à AM19.

4/ pour bien comprendre la portée du texte, il convient de lire tous les articles du Chapitre III.

Article AM 1 : « Pour éviter, dans un local ou un dégagement accessible au public, le développement rapide d’un incendie qui pourrait compromettre l’évacuation, les revêtements, la décoration et le gros mobilier doivent répondre, du point de vue de leur réaction au feu, aux dispositions du présent chapitre ».

A mon avis, l’intérieur d’une vitrine doit être exclue de la portée de cet article, puisqu’il s’agit d’un endroit qui n’est pas accessible par le public et qui n’est pas un dégagement, et cela est bien confirmé par la définition du dégagement qui est faite à l’article CO34 de cet arrêté.

Article AM 9 : « Les éléments de décoration en relief fixés sur les parois verticales doivent répondre aux exigences suivantes : A/ dans les dégagements protégés, ils doivent être en matériaux de catégorie  M2 , à l’exception des objets de décoration de surface limitée. B/ dans les locaux et autres dégagements, ils doivent être en matériaux de catégorie M2 lorsque la surface globale de tous ces éléments est supérieure à 20 % de la superficie totale des parois verticales »

Il s’agit là que des éléments décoratifs fixés sur les murs dans les endroits qui sont concernés par l’article AM 1. Il est toutefois intéressant de noter que le texte prévoit des matériaux de classification M2.

Article AM 10 : « Les éléments de décoration ou d’habillage flottants, tels que panneaux publicitaires flottants de surface supérieure à 0.50 m², guirlandes, objets légers de décoration,…etc, situés à l’intérieur des locaux dont la superficie au sol est supérieure à 50 m² et des dégagements doivent être matériaux de catégorie M1. »

C’est essentiellement sur cet article que les commissions de sécurité s’appuient pour exiger des matériaux M1.
A notre avis (personne n’a jamais pu nous le confirmer expressément), le terme « flottants » signifie dans le texte « suspendus en hauteur », c'est-à-dire près du plafond. Cette interprétation est confirmée en analysant la classification des matériaux figurant dans cet arrêté, en fonction de leur position dans l’espace par rapport au sol : tout ce qui est plafond et près du plafond, la classification est M1, sur les côtés, M2, et sur le sol, M4.

Cet article AM 10 s’applique surtout lorsque, par exemple, des affiches de 80 x 120 cm sont suspendues, à raison de 3 par m² comme on voit si souvent dans les hypers. Mais lorsqu’il s’agit d’éléments de décoration dans une vitrine, s’agissant de matériaux non solidaires de la construction, et étant donné que la surface d’une vitrine est inférieure à 50 m² au sol et qu’elle n’est généralement pas accessible au public, et qu’elle n’est en tout cas pas un dégagement, utiliser des matériaux M2 ou M3 paraît tout à fait correct, mais en tout état de cause, l’article AM 10 ne devrait pas s’appliquer.

Les cache-bornes ne doivent pas non plus être en matériau M1 dans la mesure où c’est le B/ de l’article AM 9 qui s’appliquerait, en supposant que la surface totale des cache-bornes soit supérieures à 20 % de la surface des murs des sorties des magasins !

Article AM 15 : « Le gros mobilier, l’agencement principal, les stands et les aménagements de planchers légers en superstructures, situés dans les locaux et les dégagements, doivent être en matériaux de catégorie M3. Ces dispositions ne concernent pas le mobilier courant, pour lequel aucune exigence n’est imposée ».

Là encore, on peut considérer que l’on peut choisir n’importe quel matériau pour décorer des gondoles par exemple. De même, l’article AM 19 concernant spécifiquement les arbres de Noël, le texte réglementaire demande à ce que les matériaux soient au supérieur à M5 et que « la neige artificielle ne risque pas de propager rapidement la flamme. »

A la lecture de la totalité de cet arrêté, on comprend bien que les matériaux de construction doivent vérifier des normes par rapport à leur comportement au feu de telle sorte qu’ils ne propagent pas l’incendie, qu’ils ne dégagent pas de fumée très toxiques, et qu’ils ne transforment pas un démarrage d’incendie en une grosse catastrophe. De même les matériaux rapportés, pour une décoration comme la tapisserie, ou une moquette, et même les meubles, des rideaux,… etc doivent eux aussi satisfaire à des normes de classement feu pour éviter qu’ils n’aggravent un incendie. Le point apparemment le plus sensible dans cet arrêté est le plafond et les structures générales du bâtiment, d’où l’importance de l’article AM 10 pour tout ce qui est « flottant ».

ecopop logo
minibook logo
zprinting logo
tagcode logo